advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


1
Industrie
Airbus Helicopters Vertex, la première pierre vers plus d'autonomie pour les taxis aériens urbains
Airbus Helicopters Vertex, la première pierre vers plus d'autonomie pour les taxis aériens urbains
© Airbus Helicopters

| Antony Angrand

Airbus Helicopters Vertex, la première pierre vers plus d'autonomie pour les taxis aériens urbains

Airbus vient de poser la première pierre en termes de commandes de vol vers les fonctionnalités autonomes destinées aux taxis aériens urbains, mais pas uniquement, via un nouveau système et démonstrateur baptisé Vertex. Celui-ci fera l'objet d'une démonstration complète en 2023.

Airbus vient de poser la première pierre en termes de commandes de vol vers les fonctionnalités autonomes destinées aux taxis aériens urbains, via un nouveau système et démonstrateur baptisé Vertex.

Flightlab, le banc d'essais volant d'Airbus Helicopters 

Ces technologies visent à simplifier la préparation et la gestion des missions, à réduire la charge de travail des pilotes d’hélicoptères et à accroître davantage la sécurité. Différentes briques technologiques autonomes définies vont intégrer le Flightlab, un laboratoire volant sur base de H130. Les capteurs et algorithmes basés sur la vision pour la conscience de la situation et la détection d’obstacles; les commandes de vol électriques pour pilote automatique amélioré et une interface homme-machine avancée sous la forme d’un écran tactile et d’un écran ou plutôt de lunettes portées par le pilote pour la surveillance et le contrôle en vol.

Réduire la charge de travail du pilote 

La combinaison de ces technologies permettra un système qui peut gérer la navigation et la préparation des itinéraires, le décollage et l’atterrissage automatiques, ainsi que suivre une trajectoire de vol prédéfinie. L’intégration progressive de ces technologies sur l’hélicoptère Flightlab a commencé, avant une démonstration complète qui se tiendra en 2023. « Avec Vertex, il faut oublier le manche cyclique. Seule la tablette est utilisée, elle permet de changer la trajectoire de vol aussi rapidement qu'avec le manche. La mobilité aérienne urbaine d’Airbus bénéficiera également de cette technologie comme un tremplin essentiel vers un vol autonome », a déclaré Grazia Vittadini, Chief Technology Officer, Airbus.

Un niveau supérieur de sécurité 

« En utilisant notre laboratoire de vol pour faire mûrir ces technologies, nous avons un banc d’essai agile et efficace qui soutiendra le développement de futurs systèmes autonomes qui pourraient plus tard équiper la gamme actuelle d’hélicoptères d’Airbus et ADAV(e)-(e)VTOL », ajoute Grazia Vittadini. La mission d’Airbus n’est pas d’aller de l’avant avec l’autonomie en tant que cible en soi, mais bien d’explorer des technologies autonomes aux côtés d’autres innovations technologiques. Ce faisant, Airbus est en mesure d’analyser le potentiel d’amélioration des opérations futures et, en même temps, de tirer parti de ces possibilités pour améliorer davantage la sécurité des aéronefs.

 

Répondre à () :


Captcha
Defrance | 28/04/2021 19:20

Comme souvent, le fond de l'article dément le titre aguicheur : "La mission d’Airbus n’est pas d’aller de l’avant avec l’autonomie en tant que cible en soi" devient sous la plume du rédacteur inspiré "vers plus d'autonomie pour les taxis aériens urbains". Rajoutez une image de cabine "pullman" pour PDG en transit entre orly et roissy avec petit détour au dessus de la Tour Eiffel et vous aurez gagné un joli article pour gogos sur linkedin

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription