0
Aviation Civile

Le dessein low cost de Singapore Airlines

ASIE DU SUD-EST DEPUIS QU'ELLE A PRIS LE CONTRÔLE EN TOTALITÉ DE TIGER AIR EN NOVEMBRE 2015, SINGAPORE AIRLINES ÉTUDIE DES SYNERGIES POSSIBLES AVEC SCOOT, SA FILIALE LOW COST LONG-COURRIER, ET POUSSE SES PIONS EN ASIE DU SUD.

Au début du mois de mars, Singapore Airlines (SIA) recevait le premier de ses 67 Airbus A350 (cf.A&C n° 2491).Au-delà des grandes festivités auxquelles cette livraison a donné lieu, la compagnie asiatique en a profité pour refaire le point sur ses projets concernant le secteur low cost.Depuis 2011, Singapore Airlines dispose d'une filiale low cost longcourrier avec la compagnie Scoot,qui possède pour l'instant une flotte constituée de dix Boeing 787 Dreamliner (six Boeing 787-9 et quatre Boeing 787-8). Elle opère pour l'instant des vols vers la Chine, la Corée du Sud, l'Australie, la Thaïlande, le Japon et Taïwan. Parallèlement, SIA a bouclé en novembre 2015 le rachat de la totalité de sa FILIALETIGERAIR (dont elle détenait déjà auparavant 55,8 % des parts). La compagnie low cost est en fait constituée de trois plus petites entités :Ti-gerair Singapore,Tigerair Mandala (en Indonésie) etTigerair Australia. Cette dernière vient d'ailleurs de lancer trois vols vers Bali au départ de Perth,Adélaïde et Melbourne.Au total,Tigerair dessert une quarantaine de destinations dans une quinzaine de pays, principalement dans une zone régionale court et moyen courriers proche de Singapour (Vietnam, Malaisie, Inde, Bangladesh, Birmanie, etc.). Elle opère actuellement une flotte de 48 avions de la famille Airbus A320 et a officialisé en avril 2015 une commande ferme de 39 Airbus A320neo, plus onze options.A noter qu'un renouvellement de flotte de cette ampleur, qui doit s'étaler de 2018 à 2025, est remarquable pour une compagnie n'ayant que onze ans d'existence.

RAPPROCHEMENT. Maintenant qu'elle a achevé sa prise de contrôle de Tigerair, Singapore Airlines réfléchit à des moyens de faire encore plus jouer les synergies entre ses deux principales filiales low cost.« Tigerair et Scoot ont de grandes opportunités de travailler main dans la main », déclarait Goh Choon Phong, président de Singapore Airlines, en marge de la livraison du premier Airbus A350 à la compagnie. « Nous étudions toutes les possibilités pour améliorer la coordination et le rapprochement entre les deux compagnies, y compris la création d'un holding qui pourrait chapeauter lesquels continueraient à opérer avec deux marques distinctes », poursuit Goh Choon Phong. Ce rapprochement entre Scoot ETTIGERAIR est d'ores et déjà bien engagé. Les deux transporteurs se sont en effet vu attribuer le 8 août 2014 par la Commission de la Concurrence de Singapour une immunité antitrust (ATI) qui leur permet de discuter sur leurs tarifs et leurs dessertes. Ils ont ainsi instauré des tarifs plus compétitifs, mis en place des promotions conjointes et des itinéraires combinés.Au début du mois de janvier 2015, les deux compagnies ont créé un jointventure (société commune) pour opérer deux routes parallèles au départ de Singapour vers Hong Kong et Bangkok. Depuis février 2015, Scoot est monté en desserte quotidienne entre Singapour et Perth (Australie), pour permettre àTigerair de se redéployer ailleurs. Fin 2015, les deux transporteurs ont mis en place une réciprocité pour faciliter la réservation de billets d'une compagnie sur le site de l'autre.A présent,Scoot etTigerair continuent d'approfondir leur collaboration, notamment concernant la maintenance et les services.

Peut-être pour avoir plusieurs fers au feu, pour se prémunir d'éventuelles difficultés concernant la prise de contrôle deTigerair, Singapore Airlines s'est par ailleurs rapprochée en 2013 de Nok Air, filiale court-courrier de Thai Airways, pour créer avec sa filiale Scoot une nouvelle compagnie baptisée NokScoot. Disposant d'une flotte de trois B777-200, elle a démarré sa première desserte régulière en mai 2015 entre Bangkok et Singapour et est contrôlée à 49 % par SIA et 51 % par Nok Air. Singapore Airlines continue donc à pousser ses pions dans le secteur du low cost asiatique, qui poursuit son fort développement avec déjà plus d'une cinquantaine de compagnies à bas prix dans la zone de l'Asie du Sud-Est. Parallèlement, SIA se positionne déjà sur le très long-courrier. Une première tentative était venue en 2009 d'AirAsia X, qui avait lancé des vols entre Kuala Lumpur et Londres-Gatwick, puis deux ans plus tard vers Paris-Orly, avant de les abandonner en 2012, notamment à cause des coûts du pétrole trop élevés.A présent que la compagnie malaisienne parle d'un retour en Europe,SIA pense aussi à se lancer.« Scoot pourrait prochainement opérer des vols vers l'Europe, assure Goh Choon Phong. Il faut juste trouver le bon avion et cela ne se fera pas avant que nous ayons achevé le rapprochement entre Tigerair et Scoot. »

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription