1
Espace
Le télescope spatial russe Spektr RG livre sa première carte du ciel
Le télescope spatial russe Spektr RG livre sa première carte du ciel
© SRG/eRosita - IKI - MPE

| Pierre-François Mouriaux

Le télescope spatial russe Spektr RG livre sa première carte du ciel

Chaque fin de semaine, une image qui a fait l’actualité ou retenu notre attention. Pour notre centième sélection, place à la première carte du ciel du « Hubble russe des rayons X », dévoilée le 19 juin.

Un voyage de 100 jours

Marquant le grand retour de la Russie dans les missions d’astrophysique spatiale (relire l’article de Nicolas Pillet dans Air & Cosmos n°2650, paru le 19 juillet 2019), le télescope spatial russe Spektr RG (SXG) avait été lancé le 13 juillet 2019 à l’aide d’un Proton M mis en œuvre depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan.

Direction : le point d’équilibre Lagrange L2 Terre-Soleil (à près de 1,5 million de kilomètres de la Terre), qui était atteint cent jours plus tard, le 21 octobre, après deux corrections de trajectoire.

 

Une mission de six ans

A bord du satellite, d’une masse de 2 712 kg au décollage, se trouvent deux télescopes à rayons X – d’où le surnom de Spektr RG, le « Hubble russe des rayons X » –, dont l’instrument eRosita, développé par le très réputé Institut de physique extraterrestre Max-Planck de Mayence, en Allemagne.

L’objectif principal de la mission, qui doit durer six ans, est d’établir une carte complète du ciel d’une sensibilité inédite, dans les plages du spectre des rayons X à basse énergie (0,3-8 keV) et à haute énergie (4-20 keV).

 

Premier semestre d’observation

Le 19 juin, la première carte complète du ciel effectuée durant six mois par le télescope eRosita a donc été révélée.

Les couleurs ne sont pas naturelles mais issues d’un codage informatique, associant les trois couleurs primaires à la quantité d’énergie émanant des étoiles observées : de 0,3 à 0,6 kiloélectronvolts pour le rouge, 0,6-1 keV pour le vert, et 1-2,3 keV pour le bleu.

Répondre à () :


Captcha
Olivier Vandebroucke | 28/06/2020 14:29

Ça fait quand même plaisir de voir la Russie devenir un grand acteur de la scène spatiale, après tout, c'est à eux qu'on doit Spoutnik-1 et Gagarine. Entre la Russie, l'UE, les USA et les nouveaux arrivants tels que SpaceX, la Chine et l'Inde, on pourrait bientôt voir de nouvelles choses passionnantes dans la conquête spatiale!

| | Connexion | Inscription