1
Espace
Recherche astronautes
Recherche astronautes
© ESA

| Pierre-François Mouriaux

Recherche astronautes

La quatrième sélection d’astronautes au niveau européen va démarrer le 31 mars, douze ans après la précédente. Elle doit se terminer en octobre prochain.

Quatre sélections en 44 ans

C’est la quatrième fois que l’Agence spatiale européenne s’apprête à lancer un appel à candidatures pour le recrutement d’astronautes depuis sa création, en 1975.

L’ESA avait d’abord recherché des spécialistes de charge utile en 1977-1978, dans le cadre du programme de module-laboratoire européen Spacelab, embarqué à partir de 1983 dans la soute de la navette spatiale américaine.

Quatre candidats (mais aucun Français) furent retenus.

Il y avait ensuite eu en 1992 la constitution d’un corps d’astronautes européens, deux ans après la création de l’EAC (European Astronaut Centre), le centre européen des astronautes à Cologne, en Allemagne.

Six candidats furent sélectionnés, dont le Français Jean-François Clervoy.

Il y avait enfin eu le recrutement de 2008-2009, huit ans après la disparition des corps d’astronautes nationaux.

Six nouvelles recrues furent désignées (au lieu de quatre annoncées), dont le Français Thomas Pesquet.

Un septième membre, l’Allemand Matthias Maurer, fut ajouté en 2015.

Au total, à l’occasion de ses trois sélections propres (une tous les onze ans en moyenne) et en intégrant en 2000 les membres des corps d’astronautes des pays membres, l’ESA a recruté 29 astronautes (dont deux femmes).

 

Astronautes de carrière et de réserve

Douze ans après la dernière sélection en date, l’ESA souhaite recruter de nouveaux astronautes, après plusieurs départs à la retraite (notamment ceux des Français Jean-François Clervoy, Léopold Eyharts et Claudie Haigneré depuis fin 2019), et tandis que se profilent des opportunités de missions vers la Lune, en partenariat avec les Etats-Unis.

Les critères de sélection (profil, aptitudes et compétences) sont similaires à la sélection de 2008-2009, à part l’âge limite qui a été repoussé de 37 à 50 ans.

Les dossiers de candidature seront à déposer entre le 31 mars et le 28 mai sur le site de l’ESA.

Le processus de sélection, divisé en six phases, devrait se terminer en octobre prochain.

Quatre à six postes doivent être ouverts pour des astronautes de carrière et jusqu'à vingt autres pour des astronautes de réserve, qui auront également un rôle d’ambassadeur de l’ESA.

Air & Cosmos avait annoncé cette perspective dès son numéro 2663, paru le 8 novembre 2019.

 

Accent sur la diversité

Les femmes sont vivement encouragées à postuler.

« La diversité n'est pas une contrainte pour nous, c’est même un atout à nos yeux », insiste Jan Woerner, le directeur général de l'ESA sortant.

« En tant qu'employeur soucieux de l'égalité des chances, il est très important d'avoir de la diversité car elle nous aide à améliorer les choses. Nous encourageons en particulier les femmes à postuler, car il est vraiment intéressant et encourageant d'avoir des équipes mixtes ».

La sélection sera également être ouverte aux personnes souffrant de handicap, l’ESA comptant étudier la possibilité de faire voler des « parastronautes ».

Répondre à () :


Captcha
Faucompré | 22/02/2021 22:11

Je suis très motivé et c’est mon rêve

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription