0
Aviation Civile
Singapore Airlines repousse de l'Airbus et du Boeing
Singapore Airlines repousse de l'Airbus et du Boeing
© Airbus

| La rédaction

Singapore Airlines repousse de l'Airbus et du Boeing

Confrontée à une nouvelle dégradation de ses résultats financiers pour cause de pandémie de covid-19, Singapore Airlines a négocié avec Airbus le report de livraisons et s'apprête à faire de même avec Boeing.

Boeing 787 dans les trois versions

Singapore Airlines vient de se mettre d'accord avec Airbus pour repousser les livraisons d'un certain nombre de long et moyen-courriers à des jours meilleurs. La compagnie aérienne est toujours en discussion avec Boeing sur des mesures similaires et "les négociations sont désormais à un stade avancé". A fin octobre, Singapore Airlines avait encore 29 Boeing 787-10 à réceptionner sur les 44 commandés fermes ainsi que 20 Boeing 777-9. Vu les reports qui affectaient le 777-9 avant la crise, il est évident que le nouveau calendrier touche le 787-10. Mais, Singapore Airlines est aussi un groupe avec des filiales. Scoot Tigerair, le pôle low cost, avait encore cinq 787-8/9 à réceptionner. Silk Air est un cas à part puisque ce client du Boeing 737 MAX attendait 31 exemplaires et ce bien avant la crise pour les raisons que tout le monde connaît.

Airbus A320neo et A350-900

Du côté d'Airbus, les reports de livraisons affectent A350-900 et famille A320neo. A fin octobre 2020, le groupe Singapore Airlines avait encore 50 appareils de la famille Airbus à réceptionner : 15 A350-900 pour Singapore Airlines et 35 moyen-courriers de la famille A320neo pour la filiale Scoot et se répartissant en 29 A320neo (d'une commande pour 33 exemplaires fermes) et six A321neo.

 

Charges exceptionnelles

Sans marché intérieur et avec un réseau uniquement orienté sur l'international, Singapore Airlines paie au prix fort les conséquences de la pandémie de covid-19 sur les volumes de trafic aérien mondiaux. La compagnie aérienne a donc logiquement vu ses résultats se dégrader sur le deuxième trimestre de son exercice 2020-2021 qui court sur la période de juillet à septembre. Avec des recettes qui chutent plus vite que les coûts malgré les économies réalisées, respectivement - 80,4 % et -55,8 %, il est évident que le résultat d'exploitation s'enfonce dans le rouge avec un déficit de 1,86 Md$Singapour (1,16 Md€) sur la période d'avril à septembre 2020 contre un profit de 413 M$Singapour sur la même période de l'exercice 2019-2020.

S'ajoutent des charges exceptionnelles qui viennent alourdir la perte nette qui passe à près de 3,5 Md$Singapour : dépréciation de la valeur comptable de 26 avions (7 Airbus A380, 4 Boeing 777-200 et 200ER, 4 Boeing 777-300, 9 Airbus A320 et deux A319), charge pour la liquidation de la filiale NokScoot et dépréciation sur l'écart d'investissement sur la somme dépensée pour le rachat de Tigerair en 2014.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription