5
Défense
Turquie: Les dessous du projet de souveraineté en matiére de munitions
Turquie: Les dessous du projet de souveraineté en matiére de munitions

| Bastien Carris

Turquie: Les dessous du projet de souveraineté en matiére de munitions

R. Erdogan a affirmé vouloir disposer d'une BITD souveraine en matière de munitions. Mais en y regardant de plus prés, et malgré les effets d'annonces, il s'agit probablement d'un objectif à long terme.

Nouvelle industrie pour la BITD turque

Le Président turc a fait cette déclaration lors de sa visite de la nouvelle usine Barutsan Rocket and Explosive Factory) de l’entreprise publique turque MKEK (« Makina ve Kimya Endüstrisi Kurumu” - Société d’industrie chimique et mécanique). Cette nouvelle installation, qui aurait été établie en 12 mois, permettrait à la Turquie de produire des explosifs de type RDX, HMR et CMX. Parmi les équipements fabriqués, un obusier léger de 105mm, dont la portée de tir effective serait de 17km.

Fabrication de roquettes

La nouvelle usine a déjà commencé à proposer différents équipements. Dont différents modèles de roquettes, comme les roquettes d’artillerie de 122mm pour lance-roquettes multiples (MLRS), y compris une variante avec boule en acier; ou les roquettes “classiques” de 107mm. S’y ajoutent les roquettes anti-char M72 de 66 mm (qui ressemblent beaucoup-même beaucoup trop) à leur homologue américain (production sous licence US?) ou la fusée aérienne à ailettes pliantes, conçue pour abattre les bombardiers ennemis  de 2,75 pouces (70mm de diamètre) qui ressemble à son homologue américaine “Mighty Mouse”. La “substitution aux importations” turque passe aussi par la production, sous licence probablement, d’équipements américains en territoire turc.

Contexte dégradé

Selon le Président turc, ce sont les événements récents, les embargos ouvertement annoncés et ceux plus subtils, qui auraient décidé les pouvoirs publics de créer une telle usine. M. Erdogan fait sans doute référence aux sanctions prises par les Etats-Unis contre la Turquie, à la suite de l’achat par Ankara du S-400 russe. Bien qu’exclue du programme de développement du F-35 américain en juillet 2019, la Turquie fabriquait toujours 1005 pièces destinées à ce programme, constatait la Cour des comptes américaine (Government Accountability Office, abréviation GAO) dans un rapport relatif au F-35 et publié le 18 mars dernier (“F-35 Joint Strike Fighter: DOD Needs to Update Modernization Schedule and Improve Data on Software Development”).
 

Répondre à () :


Captcha
Serko | 02/05/2021 19:10

Un erdogane tres dangereux pour notre futur ، l’iran n’est rien à côté

Gago | 02/05/2021 19:36

Sale raciste de merde Et la France elle est pas dangereux Elle as fais la guerre monde entier

Jura | 02/05/2021 19:44

Il s'agit ici d'un pays souverain Elle fais ce qu'est veux sur sont territoire Donc votre mentalité de néo-colonialiste de supérieur pays et inférieure pays Vous avez que la mettre où vous pensez

MASS | 03/05/2021 14:46

Ne pas oublier de quel côté était la Turquie pendant les deux guerres mondiales ! Donc aucune confiance ! Et pas de négationnisme

amiami | 03/05/2021 23:57

La turquie etait avec les Allemands pendant la premiere guerre Mais la turquie n a pas participe a la deuxieme guerre. Hitler n inspirait pas confiance. La France s entend plutot bien avec l Allemagne, y avait beaucoup de collabo a l epoque. Faut savoir retourner sa veste les temps etaient dur aussi, pas trop le choix entre mourrir et vendre les autres.. Ca n a jamais etaient les relations entre entre la turquie et la france. Apres y a les Armeniens aussi ca n arrange pas les choses. Ah ces turcs qui font comme ils veulent c est penible aussi.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription