1
Espace
Un segment sol nouvelle génération pour Syracuse 4
Un segment sol nouvelle génération pour Syracuse 4
© Wikipedia / Tiraden / CC BY-SA 4.0

| Pierre-François Mouriaux

Un segment sol nouvelle génération pour Syracuse 4

La DGA a notifié deux accords-cadres à Thales et Airbus pour la modernisation des moyens sols qui seront associés au futur système français de télécommunications militaires par satellite Syracuse 4.

Un système vieux de 15 ans

Les Armées françaises disposent actuellement de deux satellites de radiocommunications géostationnaires : Syracuse 3A et 3B, qui forment le système Syracuse 3 (Systeme de Radio Communications Utilisant un Satellite-3).

Construits par Alcatel Alenia Space (devenue Thales Alenia Space), ils ont été lancés sur Ariane 5 en octobre 2005 et août 2006.

Leur durée de vie minimale théorique était de douze ans.

 

Deux nouveaux satellites d’ici 2023

Afin d’assurer une continuité de service, la Direction générale de l’armement (DGA) avait commandé en décembre 2015 deux nouveaux satellites à Thales Alenia Space (maître d'œuvre) et Airbus Defence and Space, dans le cadre du contrat Comsat NG (Communication par satellite de nouvelle génération), depuis rebaptisé Syracuse 4.

Syracuse 4A et 4B doivent être mis en service en 2022 et 2023, toujours confiés à des lanceurs Ariane 5.

Ils permettront à la France de disposer d'un système plus performant pour assurer les communications militaires entre la métropole et les théâtres d’opération, ou au sein des théâtres (au sol, en mer ou dans les airs), avec de nouveaux services et une durée de vie de quinze ans.

 

Du côté des moyens sol

Outre les satellites Syracuse 4A et 4B sur orbite géostationnaire, le système Syracuse 4 va regrouper des moyens sol destinés aux utilisateurs (terminaux), et des réseaux militaires (stations de raccordement aux réseaux terrestres et centres de gestion).

Les moyens sol existants sont d’ores et déjà compatibles mais, selon le ministère des Armées, ils doivent être progressivement « remplacés, modernisés et complétés pour pouvoir exploiter pleinement les nouvelles capacités des nouveaux satellites ».

Ainsi, dans le cadre de la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, la DGA a notifié fin 2020 deux accords-cadres à Thales et Airbus, pour le développement de nouveaux moyens sol.

 

Détail des accords-cadres

La commande notifiée à Thales s’élève à 354 M€. Elle concerne près de 200 stations modernisées (hubs de théâtre, stations tactiques déployables, stations individuelles, stations outre-mer, stations navales embarquées), et un système de gestion sécurisé déclinée dans une nouvelle version à haut débit.

L’accord notifié à Airbus porte, lui, sur un montant de 117 M€. Il vise à développer un nouveau portail de gestion centrale des différents systèmes de communications par satellite utilisés par les Armées.

Il comprend également l’amélioration du système Comcept, le réseau de communication multi-satellites mis en service dans les armées françaises en 2017, en termes d’opérabilité et la sécurisation, ainsi que la poursuite de son déploiement, en particulier sur les navires militaires.

Répondre à () :


Captcha
Pierre Jarjayes | 24/02/2021 19:21

Vive la techno française

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription